A la découverte de la dame figurant sur le billet de 500 FG

Mariama Keïta est cette célébrité sur les billets de 500GNF émis en 1985 pour remplacer le Syli. Aujourd’hui, elle est en service à la maternité de l’hôpital régional de Mamou. La rédaction locale de Guinéenews© est allée à sa rencontre pour comprendre comment elle a eu la chance d’être choisie.

« En 1979 j’avais les 19 ans à l’époque, je participais dans la troupe fédérale de Mamou. Un jour, on nous a informé d’aller faire une répétition en folklore dans le quartier Abattoir. Ce jour,  j’ai détressé ma tête. J’ai emprunté un mouchoir de tête pour y participer. C’est à cette occasion que nous avons été photographiés. Plus tard, une copine a découvert dans une librairie de Dakar un livre titré la guinéenne dont la page de garde porte mon image. Elle est revenue avec ce livre, effectivement j’ai reconnu ma photo », rappelle-t-elle.

Alors comment cette photo a été portée sur les billets de 500 GNF ? « En 1985, j’étais couchée lorsque ma tante est venue m’annoncer qu’on a mis mon image sur les billets. Après quelques semaines, mon frère Mamadou Keïta, ingénieur agronome, a proposé qu’on rencontre la banque centrale pour bénéficier quelques primes. Nous avions rencontré le gouverneur de la banque centrale qui nous a promis de faire l’effort mais en vain. D’autres m’ont découragé de laisser tomber », explique-t-elle.

Cet honneur dont Mariama Keïta fait l’objet, constitue quelque part un handicap « beaucoup de personnes pensent que j’ai suffisamment de fortune grâce à cette image, et pourtant cela ne m’apporte rien en termes de moyens financiers. Quand je fais des achats au marché, on me vend les choses à un prix élevé. Souvent je suis invitée à des cérémonies. Au lieu que cette image m’enrichisse, elle m’appauvrit. Je demande au gouvernement de penser à moi », lance-t-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.