Les dispositions prises par la Direction de la Police routière.pendant les fêtes de fin d’année.

«Dans la circulation routière si tu es trop pressé, tu te retrouveras soit à l’hôpital soit au cimetière.»  

Interrogé ce vendredi 23 décembre par Guinéenews, le Directeur central de la sécurité routière, Commissaire Hamidou Babacar Sarr a annoncé plusieurs mesures prises par sa hiérarchie pour une bonne régulation de la circulation routière en cette période de fin d’année.

D’abord, Commissaire Sarr a précisé que toutes les dispositions sont prises avant pendant et après cette fête de fin d’année à Conakry tout comme à l’intérieur du pays. «Ces dispositions rentrent en vigueur à partir de ce 23 décembre jusqu’à nouvel ordre», a-t-il annoncé.

Pour cette fin d’année, poursuit-il, le ministre en charge de la Sécurité et de la Protection Civile, Me. Abdoul Kabélé Camara a mis à la disposition de la Direction de la sécurité routière tous les élèves policiers des différentes Compagnie Mobile d’Intervention et de la Sécurité (CMIS).

«On n’avait deux brigades qui évoluaient de 6 heures 45 à  14 heures et de 14 heures à 22 heures. Cette fois-ci, nous avons éclaté les brigades en trois. C’est-à-dire, de 6 heures 45 à 12 heures, de 12 heures à 17 heures et de 17 heures à 22 heures parce que nous avons eu un renfort important», s’est-il réjoui.

Dans la même logique, le patron de la sécurité routière a indiqué que ces trois brigades évoluent en rotation et ils sont commandés par des officiers de la police routière et de la CMIS. «Ces brigades sont sur le terrain pour asseoir la discipline et la fluidité dans la circulation routière afin que les citoyens puissent se déplacer tranquillement», a-t-il dit.

Plus loin, Commissaire Sarr a rappelé qu’à l’approche où pendant les fêtes, la ville a un rythme de mouvement d’ensemble. Tout le monde monte et descend au même moment.« Vous constaterez une affluence élevée au grand marché de Madina et dans certains marchés de la capitale. C’est pourquoi, nos agents sont postés un peu partout à travers la ville afin qu’ils dégagent les emprises pour permettre aux véhicules de bien circuler. Les sirènes, les doubles files et les stationnements non autorisés sont interdits», a-t-il martelé.

De nos jours, a fait remarquer le Commissaire Sarr, il y a cinq mille véhicules qui descendent par heure à Kaloum. Arrivés au pont le 8  novembre, à la rentrée de la ville, il y a six voies  qui sont reçus par deux autres qui rentrent à Kaloum. Or, Kaloum est une commune qui n’a ni parc automobile ni encore de panneaux de signalisation», a-t-il souligné.

Pendant cette période de fin d’année, Commissaire Sarr a invité les parents qui font ‘’l’excès d’amour’’ en remettant les clefs de leur véhicule aux enfants, de s’abstenir. «Si un enfant est pris derrière le valant dans la circulation, ses parents répondront devant la loi. Parfois, ce sont des enfants qui ne sont même pas capables de discernement…»

Aux citoyens qui ont des boîtes de nuit en bordure de route, Commissaire Babacar Sarr les interpelle à prendre toutes les dispositions pour éviter le stationnement des véhicules. Pour les noctambules ou des fêtards, il prévient que de 22 heures à 6 heures du matin, une autre équipe de policiers relevant des commissariats centraux assure le relais. «Si tu es trop pressé, tu te retrouveras soit à l’hôpital soit au cimetière.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.