Faranah : fin du recensement biométrique des étudiants et du personnel enseignant

Après le lancement officiel des opérations de recensement biométrique des étudiants et du personnel d’encadrement des instituts d’enseignement supérieur publiques et privés en Novembre 2017 par le Ministre en charge de l’enseignement supérieur, cette opération de recensement tournante a démarré à l’Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire Valery Giscard de Faranah (ISAV/VGE).

Objet inconnu

Objectif : Biométriser les étudiants et le personnel d’encadrement de toutes les institutions d’enseignement supérieur et des écoles normales d’instituteurs (ENI) du pays afin de connaitre l’effectif des enseignants et sécuriser le diplôme des étudiants.

Très tôt le matin, à 8heures, les étudiants se sont mis en longues files devant les recenseurs venus des différentes corporations. Les pièces exigées sont entre autres :

Comme les enseignants, l’étudiant est contrôlé avec le contenu de son diplôme et si toutes les informations sont bonnes, il est admis à la page supérieure puis il signe devant son nom et va dans une des salles pour se faire pré recenser  mais les documents qui lui sont remis sont signés et validés par un membre de Jury avant qu’il ne passe aux empreintes, photos.

Interrogé sur la transparence et l’impartialité dans le processus, l’étudiant Mamadou Aliou Diallo de la 1ère Année Génie rural, précise : Il y a la transparence et la rigueur. Il y avait des chefs de département autour de nous qui nous orientaient. Ceux qui n’étaient pas dans les normes sont allés chercher des documents qui manquaient à leur niveau. Tout s’est passé dans les meilleures conditions ».

De son côté, le chef de projet de la Biométrie du Ministère de l’Enseignement supérieur, Oumar Doumbouya précise que ce recensement permettra non seulement comme d’autres pays du monde d’avoir un fichier propre mais aussi permettre aux décideurs de comprendre les charges éventuelles à supporter pour une planification meilleure.

Il a par ailleurs souligné que le cas des étudiants et enseignants alités, la santé est précieuse et le recensement n’est pas terminé. « Ceux qui se retrouveront dans de telle situation pourront rattraper  la biométrie où ils se trouvent. Mais nous, nous enregistrons toutes les  situations avec une liste des étudiants présentée. Avant de quitter on fait le point avec l’université. Si quelqu’un est malade, on a le mandat de prendre tout le monde. Si c’est un enseignant, il remonte son dossier au Ministère et se biométriser. Ça ne veut pas dire que quand on passe, c’est verrouiller. Les dispositions pratiques sont prises si l’intéressé est dans les normes, a-t-il confié.

Comme difficulté, les étudiants ne savent pas remplir les informations sur les badges qu’ils présentent, la codification du numéro matricule est mal faite, la date de naissance fait défaut parfois, certains étudiants présentent deux dates de naissances et d’autres oublient ou ont perdu leur diplôme par suite de vol tel est le cas d’un étudiant qui a une déclaration de perte de son diplôme qui date de 2016. On ne pourra pas lui dire d’aller demander au service qui édite les diplômes. On a instruction de ne prendre que ceux qui ont les documents demandés par cette biométrie. Les retardataires ou malades peuvent nous rejoindre aux autres étapes à Kissidougou, Nzérékoré soit à Conakry. Ceux qui ne vont pas être bio métrisés maintenant peuvent s’adresser aux responsables d’université pour faire une liste avec les raisons.

A noter que ce recensement biométrique a été marqué par un match de Gala de football opposant les étudiants aux recenseurs à l’issu duquel les recenseurs ont dominé 3-0.

A signaler que le recensement a pris fin Vendredi, 14 Avril 2017.

De Faranah, Facély Kalman Keita pour Guineenews.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.