France : ça rue dans les DOM-TOM, Hollande va-t-il signer une « reconnaissance de dettes » avec pistolet sur la tempe ?

La Guyane a rué en premier dans les brancards de la Métropole. On se demande si les candidats à la présidentielle prochaine ont tant soit peu de considération aux bouillonnements qui sont en train de faire des bulles partout dans les DOM-TOM.

Les derniers échanges épistolaires entre le président français et les députés départementaux de la Guyane ressemblent à un bras de fer qui n’augure rien de bon et de solide dans le futur. La départementalisation semble être à bout de souffle. Il reste à savoir ce que la Métropoles en tire comme profits des départements et territoires d’outre-mer, au point d’avaler des couleuvres aussi énormes et l’inverse, également.

Les Guyanais parlent de leurs ressources en poisson, du pétrole, de l’or et surtout de la base de lancement de la fusée Ariane et qu’en retour ils n’en tirent rien de la Métropole. Le système éducatif défaillant en Guyane n’a pas le niveau de celui de France, la sécurité, les logements, en un mot, tout ce que peuvent revendiquer les ghettos et les cités des banlieues de France.

Après l’accalmie en Guyane, il faudrait s’attendre au réveil de Mayotte déjà sur la ligne avec les mêmes revendications. En scrutant dans la foule, on peut voir que la Réunion et la Guadeloupe se bousculent discrètement mais fermement au portillon. La Guyane a reçu déjà un milliard d’euros et en voudrait deux autres, cela pourrait susciter des envies partout.

On aimerait savoir ce que les candidats à la présidentielle en pensent, puisque las Guyanais demandent à François Hollande de reconnaître par écrit que les 2 autres milliards sont à discuter par écrit, en dépit de la fin agitée de son mandat, mais les députés frondeurs prétendent que l’administration étant une continuité, si François Hollande reconnaissait par écrit l’objectivité de leurs revendications, le prochain gouvernement les prendrait en compte. C’est ce qui s’appelle négocier avec un pistolet sous la tempe, un défit audacieux qui en dit long sur les idées indépendantistes des Guyanais, à moins qu’on ne se trompe.

 On ne sait pas qui est derrière, mais une deuxième vague d’indépendances en lame de fond est en train d’agiter l’empire français, un empire qui, apparemment, ne rapporte pas ou peu à la Métropole, vu le déficit budgétaire chronique qui est celui de la France depuis des lustres, ce qui a valu la suppression de nombre de services au niveau de la coopération française avec ses anciennes colonies d’Afrique. En sera-t-il de même avec les Départements et territoires d’outre-mer ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.