Frontières guinéo-ivoirienne: de violents affrontements signalés entre ivoiriens et guinéens à Kpèyaba dans Lola, des renforts militaires déployés sur le terrain.

L’information vient de tomber sur le desk de la rédaction régionale de Guinéenews basée à N’Zérékoré. Selon nos sources, des ivoiriens et guinéens seraient en train de s’affronter à Kpèyaba, frontière guinéo-ivoirienne, dans la sous-préfecture de Guéasso, préfecture de Lola.

«Depuis ce matin, c’est chaud ici. Il y a plusieurs cases qui ont été brûlé et des militaires ivoiriens ont tiré sur plusieurs personnes. Au fait, le problème a commencé depuis lundi dernier.  Chaque fois, il y a des militaires ivoiriens qui font descendre le drapeau guinéen pour monter celui de la Côte d’Ivoire. Chaque fois, c’est la même chose pour provoquer les guinéens », nous a confié une habitante de la localité. Selon elle, ce n’est pas la première fois que ce problème éclate. A l’en croire, en 2014, le même scénario s’était produit.

« Effectivement, il y a des cases qui ont brûlé à Kpèyaba. Mais nous ne savons pas où situer la responsabilité. Ce qui est là, les allogènes qui résident à Kpèyaba, c’est-à-dire des ivoiriens ont envoyé massivement des Lobis, une ethnie du Burkina Faso en les utilisant comme une autre force contre les guinéens qui y vivent. La semaine passée, ils ont fait descendre le drapeau guinéen pour faire monter le drapeau ivoirien. Ils ont complètement déchiré notre drapeau et les guinéens n’étaient pas contents. Notre drapeau, c’est notre symbole et ils ne peuvent pas le déchirer partout. Mais pour le moment, nous ne savons pas ce qui s’est passé la nuit dernière », a expliqué Ibrahima Diawati Doré, maire de la commune rurale de Gueasso.

D’autres sources non-officielles parlent également de violents affrontements entre militaires des deux pays et annoncent même des cas de morts dans… Une information que le préfet de Lola, Sâa Yola Tolno, joint par notre rédaction, ne confirme pas pour l’instant.

«On a envoyé une mission pour voir ce qui se passe exactement. Donc, ils sont en train de réunir toutes les informations. D’aucuns disent qu’il y a eu des cases incendiées mais on n’a pas encore la bonne version des choses et il faut considérer pour le moment que c’est entre civiles », a-t-il précisé.

Aux dernières nouvelles, un renfort de gendarmes et militaires de N’Zérékoré vient de rallier Kpèyaba pour tenter de ramener le calme.

Nous y reviendrons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.