L’accord politique du 12 octobre dans l’impasse : les mises en garde de Dr Oussou Fofana.

La nouvelle année 2017 va-t-elle s’annoncer avec la reprise des manifestations ? Tout porte à le croire. Ce mardi, au cours d’une conférence de presse, des députés du groupe parlementaire des libéraux démocrates ont menacé de reprendre les manifestations en cas de violation d’un des points de l’accord politique du 12 octobre 2016.

Le président du groupe parlementaire des libéraux démocrates entourés de ses collègues députés, a dénoncé des blocages au niveau de l’application des accords. « Nous constatons qu’il y a de la part de la mouvance un manque de volonté d’appliquer ces accords », entame t’il.

Ce qui est regrettable, poursuit Dr Oussou Fofana, c’est « qu’au moment où nous avons programmé le code électoral, au moment où la commission électorale a travaillé nuit et jour même les dimanches, la mouvance amène de la façon la plus désinvolte, la plus désagréable une autre proposition : celle qui consiste à dire qu’il faut absolument que le vote soit fait par liste majoritaire. C’est-à-dire même si au cours du vote vous avez 10%, on doit vous ajouter 40% pour que vous ayez la majorité afin de gérer complètement toute la commune. C’est inacceptable », a-t-il prévenu.

A partir de cet instant- là, enchaîne-t-il, « nous savons qu’ils ont la volonté de ne pas faire adopter le code, ça ne nous engage en rien. Pour nous, notre présence ne sert plus à rien au niveau de  ce processus électoral. Je pense que nous allons purement et simplement nous retirer parce que nous n’allons pas les accompagner pour trouver un alibi pour dire qu’on a envoyé le code électoral et que c’est au niveau de l’Assemblée que nous ne sommes pas entendu » a-t-il encore fait remarquer.

« Puisqu’on se rend compte qu’ils ne veulent pas que le code soit examiné et adopté, je pense qu’à partir de maintenant nous allons demander au gouvernement d’organiser les élections conformément au code électoral en vigueur qui demande l’élection purement et simplement », martèle le vice-président de l’UFDG.

Par ailleurs, Dr Oussou regrette également que les gens aient perdu du temps en s’engageant dans ce dialogue mais dit cependant ne pas être surpris parce que, renchérit-il encore, « nous savons qu’en Guinée aucun accord politique n’a été respecté ».

Il rappelle en outre que cette proposition relative au code électoral n’est pas venue de l’opposition mais plutôt de la mouvance. « On avait tendance à faire croire aux populations que ce code électoral est de l’UFDG, ce n’est pas un code électoral de l’UFDG. C’est plutôt un code qui a été signé par la mouvance et l’opposition » précise-t-il.

Le président du groupe parlementaire Dr Oussou Fofana a pour finir prévenu, que si le code électoral est rejeté, ils vont reprendre les manifestations sur toute l’étendue du territoire national, ce, pour exiger du gouvernement l’organisation sans délais des élections.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.