Menaces de reprise des manifs: un non-événement, selon le RPG

Le meeting traditionnel du RPG Arc-en-ciel s’est déroulé ce samedi 22 avril sous la présidence du Pr. Ibrahima Boiro, ancien ministre de l’Environnement, a-t-on constaté au siège national du parti à Gbessia, commune de Matoto.

A  la fin des travaux, la Coordinatrice nationale, Hadja Nantou Chérif et le Secrétaire administratif, Lansana Komara ont tous indiqué aux journalistes que leur famille politique, le RPG se porte à merveille.

S’exprimant sur la menace de l’opposition de reprise des manifestations sur les voies et les places publiques, ces deux cadres du Bureau Politique National (BPN) ont rappelé que les opposants ont toujours menacé. Pour eux, les accords politiques signés le 12 octobre 2016 suivent leur cours normal.

Pour Lansana Komara, les menaces d’une nouvelle manifestation brandies par l’opposition, restent toujours des menaces. Car, justifie-t-il, les accords politiques sur lesquels la mouvance et l’opposition ont  apposé leurs signatures existent et il y a un comité de suivi des accords politiques qui travaille bien. C’est ce comité qui est, a-t-il indiqué, mandaté de suivre tous les points des accords politiques du 12 octobre 2016. Pour le moment, il y a aucune compromission, il ne s’agit pas de balayer d’un revers de la main le travail abattu par le comité, a affirmé Komara qui s’évertue à admettre à l’opposition qu’il  y a eu bel et bien du progrès.

De son côté, la Coordinatrice nationale du RPG, Hadja Nantou Chérif Konaté a mis l’accent sur le bon état de santé de son parti. D’après elle, le retard accusé dans l’organisation des élections locales, n’incombe pas au RPG mais plutôt à un autre niveau. Et voulant plus optimiste, elle rassure que tout est maintenant  décanté et que sous peu de temps, une date va être fixée pour la tenue des élections.

Toutefois, elle n’a loupé l’occasion de fustiger les menaces récurrentes de manifs de l’opposition.  « On se demande quel est le mobile d’une sortie encore dans les rues. Tout ce que l’opposition demande, on le fait. On se demande même qu’est-ce qu’elle veut au juste. Le code électoral a été voté à l’Assemblée nationale…», a-t-elle fait remarquer.

Sékou Sanoh

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.