Les nouveaux statuts du football guinéen plébiscités : la CAF félicite le travail énorme du CONOR

Sept mois après sa mise en place, le Comité de Normalisation du football guinéen a réussi, avec brio, ce mercredi au palais du peuple, à évacuer deux des trois objectifs inscrits dans sa feuille de route. C’était à la faveur de l’examen et de l’adoption des nouveaux statuts, des règlements et du code électoral de la fédération guinéenne de football, en présence des émissaires de la CAF et de la FIFA.

Il y avait également l’équipe dirigeante du comité de normalisation, notamment le président, Mohamed Lamine Nabé, le vice-président Amadou Tham Camara, le secrétaire général, Ibrahima Blasco Barry, président de la Ligue professionnelle, Antonio Souaré, en plus de tout le gotha sportif.

Dans son souhait de bienvenue, Mohamed Lamine Nabé, président du comité de normalisation, a demandé d’observer une minute de silence à la mémoire de tous les devanciers sportifs défunts. Ensuite, il a annoncé que cette assemblée générale extraordinaire sera consacrée à l’examen et à l’adoption des nouveaux statuts, des règlements intérieurs et du code électoral du football guinéen.

Je garde l’espoir, dit-il, qu’après plusieurs mois d’explication, de sensibilisation et de partage partout en Guinée sur le bienfondé des nouveaux statuts, ce jour sera inscrit dans les annales du sport guinéen. En le faisant, cela contribuerait à tourner une des pages les plus sombres de notre football.

« Après notre installation en mai, nous avons aussitôt relancé le championnat qui était à l’arrêt. Ensuite, nous avons géré les affaires courantes. Résultats, les équipes nationales U17 et U20 sont qualifiées. Aussi, nous avons recruté un sélectionneur national, formé les arbitres, les entraineurs  », dit-il. « Tout ce travail doit se faire dans les trente prochains jours pour respecter la date limite du mandat du comité de normalisation.

Pour notre part, nous nous mettrons au travail pour relever ce défi, tout en vous invitant d’adopter massivement ces nouveaux statuts de notre fédération ».

Dans le même ordre d’idées, le colonel major Djbril Hamidou Hima, président de la fédération nigérienne de football et émissaire de la FIFA, donne des conseils. « Nous ne sommes pas là pour conduire l’assemblée extraordinaire mais pour assister et constater et éventuellement conseiller ».

Nous souhaiterons avoir une assemblée générale digne de nom, sereine et apaisée. Je souhaiterais ne pas assister à certaines images qu’on donne de l’Afrique. Parce qu’en tant que membre de la commission des associations nationales de la FIFA, dans nos séances de travail, quand on amène dix cas, les cinq à sept viennent de l’Afrique et les trois autres ailleurs », a-t-il prévenu.

Nous devons changer ça. C’est pourquoi, tout ce que nous faisons, nous devons garder à l’esprit que nous le faisons pour la jeunesse guinéenne, pour le football guinéen. Ne l’oublions pas parce que chaque fois que nous provoquons des crises, c’est le football qui en pâtit. Au Niger, nous avons vécu dix ans de crise dans le passe ou le football était dans les medias, non dans les stades. Il faudra arrêter ces querelles intestines, le football, c’est dans les stades », a-t-il rajouté devant le public.

« L’assemblée générale est souveraine, a-t-il martelé. Vos statuts disent que pour les modifier, il faut avoir les trois quart des  voix. Respectez les statuts que vous êtes vous-mêmes donnés. C’est le plus important. Délégués comme dirigeants, il ne faut pas faire entorse aux statuts, c’est la source des problèmes. Aujourd’hui, la FIFA prône la transparence, la bonne gouvernance et la démocratie ».

Pour sa part, Amadou Diakité, membre du comité exécutif de la CAF, a rappelé qu’il y a sept mois, ils étaient a Conakry pour installer l’équipe transitoire, suite à une crise interne dans le football guinéen.

Aujourd’hui, insiste-t-il, l’atmosphère est moins électrique ce matin qu’autrefois. Nous avons mis en place ce comité avec trois objectifs. Gérer les affaires courantes, adopter des nouveaux statuts et élire une nouvelle équipe. En sept mois, le comité de normalisation a fait un travail énorme. Deux des premiers objectifs ont été remplis et il restera que la mise en place de la nouvelle équipe ».

Au nom du président de la CAF et de son président, M. Issa Hayyatou, je remercie le comité de normalisation pour le travail accompli. Un travail accompli dans le délai, qui leur est imparti, a-t-il martelé. Les assemblées générales en Afrique sont tumultueuses mais nous espérons que celles-ci sera sereine. C’est l’avenir du football guinéen qui s’y joue, pas l’avenir des individus. Donc, pensez-y ».

Représentant le ministre des sports en mission, le secrétaire général, Fodeba Isto Keira, a souhaité la bienvenue aux hôtes. Ensuite, il s’est félicité des premiers fruits récoltés par le comité de normalisation. Il a invité les uns et les autres à faire preuve de responsabilité et de retenue, a-t-il martelé.

Faisons en sorte que notre football sorte de l’amateurisme. Qu’il puisse enfin être dirigé par des personnes qui sont à la recherche de la performance. Nous voulons des dirigeants qui viennent pour servir le football, et non se servir du football. Nous voulons dune fédération composée des hommes et des femmes qui se battront pour le progrès et l’avancée du football guinéen, a-t-il précisé.

Ceci fini, après la présentation de la physionomie de la salle et le choix des scrutateurs, la parole a été donnée au représentant du Super Etoile de Coleah, qui s’est exprimé durant plus de vingt-six minutes pour présenter ses contre-propositions. Il visait principalement les articles 10, 22 et 26. Quelques jours avant l’ouverture du présent congrès, ils étaient au nombre de quatorze frondeurs, les autres ayant renonce.

Par consequent, le représentant du Super Etoile de Coleah a été lâché par les siens en pleine cérémonie. Finalement, ils étaient quatre voire cinq à protester bruyamment dans la salle. A l’issue du vote, les nouveaux statuts ont été finalement plébiscités à l’écrasante majorité par 121 voix pour neuf voix contre et une abstention. Si les frondeurs avaient eu au moins dix voix, ils auraient reussi a faire passer leurs contre propositions, en vain.

Après l’adoption des nouveaux statuts a l’écrasante majorité des electeurs sous la vigilance des hôtes de la FIFA et de la CAF, les électeurs ont également adopte sans surprise les règlements et le code électoral avant la tenue des prochaines élections en février prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.