Un second groupe d’élèves emboîte le pas aux bacheliers orientés.

Vingt-quatre heures seulement après la manifestation des bacheliers orientés à l’École normale des instituteurs (ENI) de Labé qui dénonçaient principalement le retard enregistré dans la perception de leurs bourses d’entretien, c’est un second groupe d’élèves issu de la même institution qui s’est fait entendre ce vendredi 20 janvier 2017, a constaté sur place Guinéenews.

«D’entretiens en entretiens, on s’est rendu compte que les primes de l’enseignement supérieur ne dépendent pas de l’Enseignement technique. Donc, les bacheliers orientés dans les institutions de formation technique de type B, s’il y a des primes à payer, il faut nécessairement se référer au ministère de l’Enseignement Supérieur. Et pour le cas spécifique de Labé, comme nous avons un répondant qui est l’université de Hafia, on s’est mobilisé et on est allé rencontrer le Recteur. On a échangé et on a abouti à des conclusions fructueuses en faveur de nos élèves-maîtres qui étaient en débrayage jeudi. Monsieur le Recteur a confirmé qu’il n’a pas reçu de montant spécifique pour le payement de ces bourses mais qu’il a reçu des instructions de son ministre de prélever sur son budget de fonctionnement pour permettre à ce que les élèves-maîtres et les étudiants soient en possession de ces primes. Je crois à partir de ce samedi, les élèves-maitres de l’ENI vont être en possession de leurs primes », a promis Souleymane Mara, le Directeur régional de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail.

À la suite de ces négociations qui soulagent les bacheliers orientés de l’ENI de Labé et contre toute attente, c’est l’autre groupe d’élèves-maîtres également non payé qui a battu le pavé ce vendredi 20 janvier 2016 pour les mêmes raisons. Cette fois-ci, il s’agit des élèves recrutés par le ministère de l’Enseignement Technique. Mecontents et révoltés de la gestion qu’ils ont qualifiée d’unilatérale de la crise par les responsables de l’institution qui ont juste, selon eux, trouvé une solution au problème des bacheliers orientés par l’État, laissant derrière cet autre groupe qui est dans la même galère, les élèves recrutés par l’ENI n’ont eu d’option que de battre le pavé à leur tour.

«Ce matin, il y a un autre problème collatéral qui s’est posé. Vous savez dans nos institutions d’enseignement, il y a deux catégories. On a les élèves-maîtres qui ont été orientés par le ministère de l’Enseignement supérieur et une autre catégorie qui a été recrutée par l’Enseignement technique. Donc, les deux catégories existent à Labé mais en matière de traitement de primes le premier groupe est géré par l’Enseignement supérieur et le second par l’Enseignement technique. Mais vous savez, la lourdeur administrative surtout dans les services financiers, fait que jusqu’aujourd’hui, la chaine de paiement de ces primes n’a pas été libérée pour le moment pour ceux qui ont été recrutés au compte de l’Enseignement technique et qui ont une prime incitative de 150 000 GNF. Donc ce matin, j’ai été interpellé par le directeur de l’ENI sur la question de ses élèves…», a expliqué le directeur régional de l’Enseignement Technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail de Labé.

De médiation en médiation, cet autre groupe d’élèves-maitres semble avoir compris à quel niveau se situe le blocage et a promis de garder son mal en patience. Mais par contre, les cours n’ont finalement pu suivre leur cours normal, ce vendredi à l’ENI de Labé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.