XIXème AG de l’ACAME : Dr Moussa Konaté, le DG de la PCG sur le toit de l’organisation

Les travaux de la 19ème Assemblée générale de l’Association africaine des centrales d’achats des médicaments essentiels (ACAME) se sont achevés vendredi 3 mars à Conakry.

Au terme de cette rencontre, les 21 centrales pharmaceutiques membres de l’ACAME ont désigné à la tête de leur organisation, le Dr Moussa Konaté, Directeur général de la Pharmacie centrale de Guinée (PCG). Son mandat prendra fin au mois de mars 2018 à l’occasion de la 20ème assemblée générale qui se tiendra à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Durant les trois jours de travaux, les participants à cette Assemblée générale de l’ACAME se sont penchés sur plusieurs thématiques, notamment le rôle des centrales d’achats et des pharmaciens dans les opérations d’urgence ; cadre institutionnel et juridique des centrales d’achats, cadre de collaboration entre les acteurs clés des systèmes nationaux pharmaceutique ; nouvelle stratégie d’achat et de distribution des produits de santé par les centrales d’achats.

Pour le Dr. Aboubacar Sidiki Diakité, Inspecteur général de la santé, le médicament est incontournable dans le développement d’un pays : « Le médicament est indispensable. Sans médicament, il n’y ni système de santé ni soins. Et sans soins, il n’y a pas de ressources humaines valables et quand il n’y a pas de ressources humaines valables, il n’y a pas de développement. »

L’accessibilité du médicament, sa qualité, sa disponibilité sont les principaux objectifs visés par les centrales pharmaceutiques.

« Nos politiques pharmaceutiques ont trois objectifs différents. C’est l’accessibilité géographique. C’est-à-dire que si je suis dans mon village, je dois avoir accès aux médicaments. Mais avoir accès aux médicaments ne suffit pas. Il faut être capable d’en acheter. Donc, le second volet. Le troisième volet, c’est la qualité du médicament. Est-ce que le médicament que j’achète n’est pas contrefait. Parce que s’il est contrefait ou faux, au lieu de régler mon problème, ce médicament va l’amplifier. Quand vous consommez les faux médicaments vous avez des problèmes », a-t-il expliqué.

Les thématiques débattues, selon le ministre de la Santé, le Dr Abdourahamane Diallo, sont en corrélation avec l’une des priorités du gouvernement guinéen, celle d’offrir des produits de qualité aux populations guinéennes afin de garantir un système de santé fort et robuste.

« La Guinée et les autres pays africains en proie à des maladies à potentielle épidémique, éprouvent le besoin présent d’intégrer la charge de production des médicaments et vaccins en vue de répondre efficacement à tous les problèmes de santé», a-t-il poursuivi avant de faire des promesses : « je voudrais vous réaffirmer l’engament du Pr Alpha Condé et du gouvernement a tout mettre en œuvre pour accélérer l’accessibilité et la disponibilité des médicaments à coût abordable à nos populations.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.